Déplacement à Paris à l’occasion du colloque « Centenaire d’Alexandre Soljénitsyne »

par Sylvette Soulié

Le colloque international, qui s’est tenu à l’Université de la Sorbonne, en hommage au centenaire d’Alexandre Soljenitsyne, écrivain russe et dissident soviétique, a réuni des étudiants de langue russe du lycée Camille-Jullian (les SIRUS de la Première L et de Terminale ES et les élèves d’Hypokhâgne et Khâgne) à Paris, le 21 novembre 2018.
À six heures du matin, nous nous sommes retrouvés avec nos deux professeures de russe à la gare Saint-Jean pour notre voyage à Paris ! À 06h30, nous étions déjà dans le train, de bonne humeur, en savourant des blinis et du tchaï (thé) préparés par nos chères professeures !
Cette demi-journée de colloque était consacrée à la communication entre des jeunes (lycéens et étudiants) et des écrivains, politiciens et critiques littéraires. Etaient présents : Natalia Dmitrievna Soljenitsyna, l’épouse de M. Soljenitsyne, Georges Nivat, professeur honoraire de l’Université de Genève (l’un des traducteurs d’Alexandre Soljenitsyne), Julia Kristeva - philologue, psychanalyste et femme de lettres, Michel Crépu - écrivain, essayiste, rédacteur en chef de la NRF (La Nouvelle Revue française), Patrick Pouyanné (président-directeur général du groupe TOTAL), Alexandre Arkhangelski - écrivain et critique littéraire russe.
L’événement a commencé à 9h, avec un discours tenu par le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse Jean-Michel Blanquer. Pour la première partie, chacun des invités a fait une intervention sur Alexandre Soljenitsyne et ses œuvres et, par la suite jusqu’à 13h, ils ont répondu aux questions que les élèves avaient préparées. Nous avons réussi à prendre des photos avec Natalia Dmitrievna et à communiquer avec certaines personnes présentes pendant la pause. Ce qui a été très intéressant, c’était d’essayer de suivre la traduction du français en russe et inversement car il y avait deux interprètes qui faisaient ce travail assez difficile.
À la fin, grâce à l’intervention de Monsieur Azzouz du Rectorat de Paris nous avons pu visiter une partie de La Sorbonne et même La Chapelle de Sainte-Ursule (normalement fermée au public) avec le cénotaphe Richelieu.
Après avoir terminé l’essentiel du programme préparé, nous nous sommes dirigés vers l’un des plus grands lycées parisiens, Louis-le-Grand qui se trouvait juste en face pour y déjeuner. Nous avons passé à peu près 30-40 minutes à la cantine, puis avons continué notre visite.
En chemin vers la mairie du 5e arrondissement les élèves ont admiré la beauté du Panthéon et du Quartier latin. La mairie accueillait une exposition exceptionnelle sur Soljenitsyne où l’on a trouvé des archives de l’écrivain, venues de Russie : des manuscrits autographes du temps de la « charachka », des dactylogrammes, les premières rédactions de ses romans, mais aussi un album de photos prises par l’auteur, des exemples de samizdat, le chapelet qui lui avait permis de retenir mentalement des milliers de vers. Nous avons également vu des objets conservés en France : des lettres, des photos, le fameux tube dans lequel L’Archipel du Goulag est resté enterré en Estonie pendant des années, le meuble et les caractères cyrilliques de l’imprimerie Berezniak qui avaient servi à composer L’Archipel. La visite nous a permis de voir par nous-mêmes une bonne partie de ce qui avait été dit à La Sorbonne et de mieux comprendre.
Nous avons visité ensuite la librairie des “Éditeurs Réunis”. Elle se différencie des autres puisqu’on y trouve une immense collection de livres russes de différentes éditions ou d’auteurs d’autres origines toutefois généralement liés à la civilisation slave. On nous a dit qu’à l’époque on pouvait même y trouver des livres interdits ! Nous avons aussi trouvé des contes pour enfants en russe ce qui est plutôt rare. Les élèves y ont passé à peu près une heure pour bien profiter de cette atmosphère. Chacun s’est procuré au moins un livre, car ils étaient fascinés et ne pouvaient pas partir sans un petit souvenir.
Tout le monde était intrigué par la visite de la cathédrale Notre-Dame. Nous nous sommes donc dirigés vers elle en longeant la Seine, en prenant des photos et en voyant des artistes incroyables qui dessinaient malgré le froid. La cathédrale était absolument magnifique et immense ! Les drapeaux de tous les pays du monde pendaient dans un ordre alphabétique pour montrer l’amour, la paix et l’accueil de tous, peu importe l’origine. Nous nous sommes ensuite retrouvés devant l’entrée et nous avons continué notre promenade en nous dirigeant vers le Jardin du Luxembourg. Nous voulions entrer, mais mal-gré notre enthousiasme, c’était impossible d’y accéder car le jardin était sur le point de fermer. Un peu déçus, mais toujours pleins de bonnes impressions, nous avons commencé à marcher vers la gare. Il faisait de plus en plus sombre lorsque nous avons senti que nous avions dépensé toute notre énergie de la journée.
Vers 17h30, quand tout le monde était bien fatigué mais pourtant content, les pro-fesseurs nous ont laissé du temps jusqu’à 18h15 pour nous reposer. Certains sont partis dans le centre commercial de Montparnasse, certains dans les cafés pour prendre des petites boissons chaudes et d’autres pour se promener dans les rues décorées qui donnaient une ambiance de Noël. A 19h, tout le monde se trouvait dans le train pour retourner à Bordeaux. Les uns parlaient, les autres écoutaient de la musique ou dormaient. Notre professeure Mme Nallet nous a envoyé les jolies photos qu’elle avait prises au colloque ou pendant tout le voyage. À 20h56 nous sommes arrivés à Bordeaux et, après avoir remercié les professeures, nous sommes rentrés chez nous.

Cette sortie nous a beaucoup apporté : un enrichissement culturel et des fortes émotions car certains élèves ont vu la ville de Paris pour la première fois. Une autre chose que nous avons retenue c’est que Julia Kristeva a bien insisté sur le fait qu’il faut lire les grands auteurs dans leur langue d’origine : « Apprenez le russe ! »
Burlac Madalina, Mirzoiani Zaïra, Pascal Madalina, Mkrtchyan Nané, Bakacheva Amina, (élèves de P01L SIRUS)

P.S. Cette journée a été réalisée grâce au soutien du Dialogue de Trianon que nous tenons à remercier chaleureusement.
Quelques photos de la journée : https://photos.app.goo.gl/NGo525e2v9SzAFmdA